Êtes-vous prêts à venir plus tôt au travail pour éviter l'heure de pointe ?

Êtes-vous prêts à venir plus tôt au travail pour éviter l'heure de pointe ?

Décaler son heure d'arrivée pour éviter le monde dans les transports ? C'est la solution que propose l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme pour éviter aux parisiens les heures de pointe.

L’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) a récemment confié à 20 Minutes les résultats de sa dernière étude sur les heures de pointe dans les transports franciliens. Dans celle-ci, les deux auteurs Mireille Bouleau et Pascale Leroi ont tenté de chercher des pistes sérieuses pour éviter l’afflux de voyageurs sur certaines lignes. Selon elles, la solution serait d’arriver plus tard, ou plus tôt que son horaire habituel au travail. Il faudrait ainsi qu’une partie des travailleurs s’arrange pour arriver avant 8h30 et l’autre après 9h30. Une technique qui avait fait ses preuves puisque testée au sein de l’université de Rennes en 2013. En effet, dans le but de désengorger la seule ligne de métro de la ville, la fac avait décalé les horaires des 1ère et 2ème années à 8h30 au lieu de 8h15. Quinze minutes qui ont eu leur importance puisque l'expérimentation a été concluante !

A Paris où "le taux de voyageurs a augmenté de 7% cette année contre les 3% habituels" selon Carole Tabourot, adjointe au directeur marketing de la SNCF Transilien, il faut impérativement trouver une solution avant de voir arriver les nouvelles lignes Grand Paris Express. C’est pour cela que la Plaine-Saint-Denis a commencé a expérimenter ces techniques d’arrivées décalées. En effet, cette zone au nord de Paris qui compte de nombreux sièges sociaux de grands groupes tels que Orange, SNCF ou SFR, n’est irriguée que par les RER B et D. Bondés à plus de 140% le matin, les transports empruntés font vivre un véritable cauchemar aux employés à peine leur journée de travail entamée. Depuis 2014, six des grandes entreprises installées là-bas, et qui rassemblent à elles seules 12 000 employés, se sont engagées à ne jamais imposer de réunions avant 10h et d’instaurer une flexibilité des horaires.

648x415

Mais faut-il encore avoir envie de changer ses horaires. "L’enjeu est là. Entre 50 et 60% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles ne souhaitaient pas le faire. 20% sont indécises et seulement les 20 dernières % se déclarent volontaires" affirme Emmanuel Munch, doctorant à l’École des Ponts et à SNCF Transilien. L'expérience à Rennes a prouvé qu'en modulant les habitudes de 10% des travailleurs d’une quinzaine de minutes pouvait améliorer les conditions de déplacement. Pour aller plus loin, SNCF Transilien compte mettre en place une charte pour pousser un maximum d’entreprises d’Ile-de-France à instaurer des horaires décalés.

Partager cet article sur :

le 29/12/2016 par Juliette Pignol

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 800 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies